Catégorie : <span>Pourquoi je souffre?</span>

empathie

Pourquoi devient-on « Empathe »?

empathie

VOUS VERREZ DANS CET ARTICLE QUE L’EMPATHIE:

1- N’est peut-être pas ce que vous croyez.

(1 bis- la sympathie non plus 😉 )

2- Quand elle est « extrême », elle est intimement liée à la « rétention de émotions ».

3- Quand elle est « extrême », elle est intimement liée au sens du « sacrifice ».

4- Que c’est en cherchant à s’en protéger que souvent, on empire les choses.

5- Et enfin, vous pourrez réaliser quoi faire pour vous libérer de l’empathie extrême.

6- Vous pourrez même initier le mouvement maintenant avec deux exercices simples à réaliser seul ouau besoin, en se faisant accompagné en hypnothérapie.

 

 

L’EMPHATIE C’EST QUOI?

C’est souvent sur la définition même de l’empathie que la mécanique « d’empathie extrême » commence à s’immiscer en certains d’entre-nous. En effet, rappelons l’essence du mot empathie:

si l’on reprend la racine du mot, em- qui veut dire « dedans » et -pathie qui veut dire « souffrance », l’empathie est donc la capacité à ressentir en Soi, la souffrance (là en l’occurence, celle de l’autre).

Néanmoins, ressentir en Soi la souffrance de l’autre est sensé nous permettre de comprendre l’autre, pour mieux entrer en relation avec. En rien il n’est nécessaire pour cela de garder la souffrance en question. Une fois l’information reçue, une personne qui utilise cette capacité de façon « appropriée » laisse automatiquement partir l’information de la souffrance. Elle ne garde que les conclusions sur l’état d’être de l’autre et retourne à son état d’être personnel initial, cela se fait tout seul, sans qu’elle ai besoin d’y penser! Ce qui par exemple pourra lui permettre d’aider l’autre. Car évidemment, il est bien difficile de tirer quelqu’un vers le haut quand on est aussi « bas » que lui.

Contrairement à ce que l’on a coutume de dire, si on se met à « souffrir avec » nous ne sommes plus dans l’empathie mais, toujours selon la racine du mot, en sympathie, sym- « avec » -pathie « souffrance ». Le mot a été déviée de son sens originel dans l’esprit populaire mais cela n’a donc rien de jovial…

teambuilding

En somme, oui, l’empathie est une caractéristique intrinsèquement humaine, bonne et même essentielle. Tout être humain en est heureusement doué et ce n’est en rien souffrant par nature. Au contraire, c’est aidant pour la nature Humaine. Et si parfois certains en doutent, rappelons leur que c’est cette « empathie » que sont incapables de ressentir les psychopathes et autres pathologies dans laquelle une personne « perd son humanité ». Donc chérissons l’empathie et entretenons-la!

 

 

ALORS POURQUOI CERTAINS EN SOUFFRENT?

En effet, certaines personnes dites « empathes » ou « empathiques extrêmes » se trouvent en grande souffrance car ils éprouvent trop fort cette empathie et vont parfois jusuq’à développer les symptomes psychiques ou physiques des autres et de s’en rendre véritablement malades!

Il existe plusieurs raisons à cela. Certaines sont liées à l’éducation et d’autres à la personnalité propre. D’abord il y a de grands pièges dans la manière dont on va « éduquer » à l’empathie.

Une des erreurs d’intégration les plus courantes du concept même d’empathie est la suivante:

 

1-              « l’empathie serait la capacité à se mettre à la place de l’autre »,

 

entend-on malheureusement trop souvent dire: Attention! Cette expression prise au pied de la lettre (comme elle sera prise par le cerveau encore peu mature d’un enfant par exemple ou simplement par notre inconscient qui est très 1er degré), sous-tend que l’on soit sensé quitter notre propre place pour prendre celle d’un(e)/des autre(s).

a829554e

Comment alors ne pas finir par perdre sa place? Comment ne pas finir par se perdre soi-même? Comment ne pas s’oublier en route? Souvent c’est bel et bien d’ailleurs ce qu’il arrive, à force, aux  « empathes extrêmes », autrement appelés communément « empathes ».

 

2-              Pour être « sym-pathique », il faudrait « souffrir avec »

 

selon les us et coutumes de certains… si, si, vous connaissez le « bon copain » qui se se saoul avec celui qui vient de vivre une déception amoureuse…?  Bien sûr c’est inutile et inefficace.

 

3-                « Si je pouvais prendre ta souffrance pour te soulager », 

entend-on malheureusement de façon assez courante et autres devises » sacrificielles » érigées en « sainteté » et pourtant…

da1-227_orig

Ceci est non seulement heureusement impossible mais surtout c’est une idée très étrange car concept impossible pour concept impossible, pourquoi ne pas souhaiter simplement retirer la souffrance, et c’est tout? Quelle « drôle » d’idée… Par exemple dire cela, encore une fois à un enfant qui par essence n’a pas encore le cerveau assez mature pour bien saisir, revient à lui faire passer l’idée qu’aimer c’est se sacrifier pour l’autre. Et quand ensuite il voudra montrer son amour, son amitié, son égard, comment risque-t-il de l’avoir intégré dans ses apprentissages inconscients?

Nourrir l’information empathique pourrait inconsciemment être vécu comme un moyen de soulager l’autre mais bien sûr il n’en est rien. Alors l’empathique extrême va au devant, en effet, de grands épuisements et de grands désespoirs aussi! Car il mettra beaucoup d’énergie mais ne tirera ni la personne d’affaire, ni reconnaissance à hauteur de l’énergie dépensée. D’ailleurs les empathiques extrêmes ont souvent cette impression d’en faire des tonnes, de s’épuiser « pour l’autre », bref de se sacrifier sans que cela ne soit compris ou reconnu. Et pour cause… cela est une aspiration « destructrice » et ça n’a donc en vérité bien sûr, jamais été la demande de celui qui allait mal.

Alors oui, me direz-vous mais certains ont été éduqués de cette manière sans pour autant souffrir de leur empathie! En effet, aussi 

 

 

VOICI CE QUI FAVORISE LA MECANIQUE D’EMPATHIE EXTRÊME:

 

1-                   Souvent « l’empathe extrême » est un « hypersensible ».

 

empathie magie

Hypersensible c’est quoi? C’est sentir plus fort, plus distinctement, plus de choses que les autres. Oui, un peu comme un super héros en fait 😉 C’est une forme de « talent inné » particulier. Seulement bien sûr quand il s’agit de souffrance, cela peut vite donner une impression « intolérable » à celui qui la ressent de façon décuplée. C’est une première chose qui peut rendre « souffrante » l’empathie.

Néanmoins, normalement ce devrait être de durée brève, juste le temps de récolter l’information de l’état d’être de l’autre. Ainsi ce ne devrait pas être un problème mais toujours un atout, permettant d’avoir une compréhension aiguisée des autres.

L’ennuie n’est pas donc là en soi. L’ennuie réside plutôt dans le fait que les « empathiques extrêmes » ne laissent pas partir cette souffrance « intolérable ». Ils la gardent jusqu’à s’en épuiser, voir s’en rendre malade!

Alors quel ingrédient supplémentaire (et souvent découlant du 1er) précipite la mise en place de cette mécanique d’absorption? Et bien justement,
2-                    Il garde en lui la « souffrance ».

 

anime-profile-pictures-music-6

En effet, les « empathiques extrêmes », autrement appelés « empathes » sont des gens qui ont à un moment ou un autre, appris qu’on attendait d’eux de garder leurs souffrances/émotions, en particulier négatives (mais pas nécessairement que) pour eux.

Alors c’est devenu un automatisme, un mécanisme de survie ou en tout cas à minima d’intégration et d’adaptation à la famille et/ou à l’école et/ou au travail. Et sans même qu’ils ne s’en aperçoivent, leur inconscient aura mis en place pour eux une réponse automatique à ce type de ressenti: garder dedans.

Et on comprend vite ce que cela peut donner. Car tout ce qui ne s’exprime pas, crie dedans et s’imprime en nous. C’est juste comme de mettre un couvercle de cocote minute sur une marmite bouillonnante. Ça devient de plus en plus « chaud » de garder dedans, alors on se bat encore plus pour ne pas que cela sorte et on entre dans un cercle vicieux qui nous épuise!

 

Enfin il existe un facteur aggravant qui intervient quand l’emphatique extrême est à bout:

 

3-                  Il se crée une « armure »

 

pour se protéger des « souffrances » des autres. Et cela empire les choses. Pourquoi? Parce qu’en se créant un espèce qu’il veut hermétique, il « étouffe » lui-même à l’intérieur. En effet, il est souvent déjà bien épuisé. Et son armure comporte des failles, des blessures